© 2020 CAGNOTTE DES BECASSINES

En 1972, la Société Royale des Indépendants connaît sa première crise qui se soldera par la création d'une nouvelle société. Restent fidèles. les plus vieux et les plus jeunes qui se retrouvent un peu désemparés dans une société démantelée. Ils se réunissent et décident de former une nouvelle cagnotte qui ne recevra un nom que 8 ans plus tard en étant accusée de tous les nouveaux «maux de la Société", Les Bécassines !

15 membres feront le premier costume des Légionnaires-Sapeurs. Pour les responsables tout frais, tout beaux, c'est la découverte des paniques de dernières minutes. Le vendredi, toujours pas de chemises à se mettre. Mais ce fut un super Dimanche Gras. Rentrée dans le premier bus du lundi avec tambour. Trajet: Boubou - Grand'Place.

C'est Jacky Degueldre qui fera office de grand gourou pour les costumes. Jamais dans la simplicité, avec beaucoup d'arguments, de conviction et agrémenté de dessins évocateurs, il proposera un grand nombre de costumes devenus les classiques de la cagnotte.

Remportant un certain succès, de nouveaux membres se joignent à la cagnotte avec la particularité d'une grande diversité d'âge. A l'aube du carnaval 1979, 30 Bécassines se préparent à vivre le carnaval de la révolution. Le premier à la viole! Ce qui aggravera les différends déjà existants avec la batterie.

ON RAJEUNIT

Une nouvelle crise se pointe à l'horizon du carnaval 1980. La cagnotte va revivre un changement capital et participer à cette merveilleuse et périlleuse aventure que fut la création des Jeunes Indépendants. C'est encore Jacky qui mènera les troupes de la cagnotte dans ces événements.

En tambour, on redémarre de plus belle dans notre jeune société et on se met un point d'honneur d'accueillir tous les membres qui se retrouvent perdus dans cette nouvelle structure. La cagnotte continue son évolution en se retrouvant rapidement à +/- 35 membres avec des pointes à 45, surtout lors des 2O ans des Jeunes Indépendants que la cagnotte voulait fêter dignement en rééditant son costume mythique des Bécassines. Ce fut aussi une bonne année même si on sentait qu'on avait plus exactement le même âge et qu'on se souvenait de ceux qui nous avaient quittés. Certaines personnes nous ont cherché noise lors de ce carnaval croyant sans doute à quelques fantômes du passé.

Un peu d'histoire

ON S'HABITUE

"LA" convocation annuelle est envoyée et voilà toute la cagnotte en effervescence. C'est pour un vendredi soir. On doit décider du costume, chacun amène des idées, parfois on vote. Après, ce sera tous les dimanches à 11H00 à notre local de La Chamade. Une habitude de prendre l' apéritif ensemble, de redéfinir le costume, de le peaufiner dans les moindres détails, de prendre mesure, et de l'essayer.

Au fil des ans, plusieures personnes confectionneront nos costumes. Mesdames Porson et Quinet, Odette, Monsieur Burgeon et Jean-Claude Bartel. Quand ce fût nécessaire, Madame Danneau n'a pas manqué d'accepter de nous réaliser nos chapeaux.

Chaque membre de la cagnotte a ses tâches habituelles. Philippe dessinera le costume final tel qu'il sera réalisé, cherchera les tissus et suivra la confection. Michel Denys s'occupera des accessoires et, le cas échéant, les fabriquera. Pierre Navez réglera les finances. Bernard Catherine tiendra la cagnotte lors des apéros pendant que d'autres trouveront du Champagne pour la journée du Dimanche gras. Rien ne sert de préciser qu'on ne manquera pas de le goûter!

ON S'ORGANISE

A partir de 1996, la cagnotte repasse à la Viole et on en profite pour changer l'organisation du Dimanche Matin.

L'habillement et le départ se feront d'un seul endroit ou deux endroits très proches. On visitera ensemble les différentes maisons qui veulent bien nous accueillir mais les frais de champagne seront partagés par tous les membres de la cagnotte.

On pourrait croire à une certaine routine, mais ce n'est pas le cas. Car sans cesse de nouveaux membres demandent de rejoindre notre cagnotte et cela donne, à chaque fois, l'occasion d'échanger de nouveaux avis, de découvrir des amis et parfois des familles entières. C'est ainsi que 142 personnes ont fait un jour partie de la cagnotte des Bécassines.

ON SE SOUVIENT

Les années passent. On se souvient de Dany Bardiau, Francis Vilain, Louis Elet, Jean·Yves Doigny, Jean-Louis Cuvelier, Jacky Graux, Robert Durant, Yvon Quinet, Alex Delatour, Jacques Vilain, Philippe Prevost, Philippe Elet, Alain Parancewicz...

Cagnotte

Des Bécassines

Société de Gilles des

Jeunes Indépendants